Ebba Victor et Claude FOKO

Depuis le 25 août 2007 le petit Cargo « EBBA VICTOR » est coincé à Brest.

En route pour la Tunisie le navire est arrivé à Brest pour réparer un avarie moteur. Après la visite des autorités portuaires et le manque flagrant des éléments de sécurité il a été immobilisé à quai. En 2009 après deux années d’immobilisation, l’arrivée du mécanicien Camerounais Claude FOKO annonce une reprise en main du bateau par un nouveau propriétaire. Claude FOKO doit remettre le navire en état pour un nouveau départ pour le Cameroun sous le pavillon de complaisance Cambodgien.

Après quelques mois d’efforts et de réparations, le propriétaire ne donne plus signe de vie à son employé et ne paye plus les factures et les salaires.

Cela fait désormais 18 mois que Claude Foko est coincé à bord de ce bateau poubelle, sans salaire, malade et éloigné de sa famille et de son pays. L’association Mor Glaz et la CGT des marins prennent le dossier en main depuis le premier octobre 2010. La presse et les politiques sont désormais informés et les premières actions de Mor Glaz ont permis de récolter assez d’argent pour éviter que la famille de Claude FOKO restée sans ressource au Cameroun ne soit expulsée de son logement.

Aujourd’hui après une visite à bord en compagnie de Jean-Paul Hellequin président de l’association Mor Glaz j’ai décidé de mettre mon travail au service de cette cause et de faire en sorte que le marin et chef mécanicien Claude FOKO puisse retourner chez lui. La solidarité des gens de mer permettra de l’acheminer jusqu’à son pays mais Mor Glaz fait pression pour que les arriérés de salaires soient payés par le propriétaire. Aujourd’hui la seule solution est de menacer le propriétaire de la saisie de son bateau pour couvrir les frais portuaires les impayés de salaires et les dépenses engagées par Mor Glaz. Le propriétaire réside et agit depuis l’Allemagne.

Dans de pareils cas, les règlements européens en matière de sécurité en mer sont très stricts mais les autorités portuaires et administratives ont très peu de moyens pour se retourner contre les armateurs et les propriétaires irrespectueux des réglementations sociales. Dans le cas de Claude FOKO le minimum de respect vis à vis des droits les plus élémentaires de l’homme n’ont pas été respectés. Avant de faire une Europe commerciale il faut peut-être poser les bases d’une Europe judiciaire et sociale.

Histoire d’EBBA VICTOR (informations du site marine-marchande.net)

Sa silhouette un peu particulière intrigue. Ce cargo a un style un peu désuet. Il a un panneau de cale avant, mais pas bien grand. Au lieu de panneau de cale arrière, il a un roof important surmonté d’un grand bossoir d’embarcation.

Il s’agit en fait d’un petit cargo construit en 1964 à Frederikshavns au Danemark. Ex NETTELILL et Ex SVENDBORGSUND il a été immatriculé IMO 6421921. Il fait 48m de long et x 9,15 m de large.

Jusqu’en 1973 EBBA VICTOR a été utilisé comme cargo en baltique, puis à partir de 1976 il est utilisé comme navire école, par la commune de Harnosand en Suède, sur la Baltique, qui a été son port d’attache. Lorsque l’on visite les cales, on s’aperçoit bien du côté « pédagogique » des équipements et des espaces. Avant son départ d’Harnosand, il était à vendre pour la somme de 180.000 €. J’aurais bien vu mon atelier la dedans. Aujourd’hui il ne doit plus valoir que le prix de la ferraille et encore.

Ce bateau fait partie d’une série d’une douzaine de navires robustes, construits pour naviguer en Baltique, mais qui finissent tous leurs carrières ailleurs.

Râmine a peint 2 tableaux qui seront utilisés au profit de cette cause.

 

La presse en a parlé :

Ephémérides Atlantiques, de la baie de Bourgneuf à l’anse d’Aiguillon Fresque pour la Ligue contre le Cancer dans le hall du Leclerc Portes de Gouesnou